Prendre soin de la mère.

Prendre soin de ses enfants est primordial, spontané, indispensable, normal. Mais pour bien le faire, pour avoir envie de le faire, pour le faire avec plaisir et amour, il faut être bien dans ses pompes, bien dans sa tête, avoir eu son compte, de temps pour soi, de moments solos, des petits temps de pauses, de plaisirs. Pas facile d’une façon générale et encore moins pour une maman à la maison, pour une maman solo, pour les mamans d’enfants en bas âge, pour celles qui en ont plusieurs, et j’en oublie sûrement. Et pourtant, plus on a d’enfant plus on devrait avoir droit à quelques minutes précieuses pour soi. Quelques minutes de repis, une pause café, une pause clopes, chacune la sienne mais une pause tout court.

La bienveillance prend du temps, la répétition avec les enfants est nécessaire, la patience aussi, et l’énergie. Mais comment faire si on ne tient pas debout soi même?
Dans quelques sociétés les besoins de la maman sont bien compris, les gens vivent en communauté, les aides ne sont pas adressées à l’enfant mais bel et bien à la mère. Pour que la relation se construise pour que le lien se tisse, pour la sérénité de l’enfant, occupons nous de la mère. Si personne ne le fait pour nous dans notre société hyper rapide, hyper exigeante, c’est regrettable mais il faut du coup trouver une alternative. Si les familles sont éloignées, si elles ne comprennent pas l’enjeu du lien mère-enfant, c’est aux mamans elles mêmes d’accepter de se faire du bien. Prendre du temps, quelques minutes parfois suffisent, pour souffler, pour se regarder le nombril, ou discuter avec des adultes, ou rêver. Quelques minutes par jour, rien que pour soi, et finalement pour les autres aussi. Le minimum de temps possible mais le maximum pour soi. Reprendre un peu d’air frais avant de retomber la tête dans le seau sans énergie, vidée, déprimée, sans recul. Garder de l’estime pour soi, garder du plaisir pour soi, le temps nécessaire dans les dispositions possibles. Ce dont nos enfants ont besoin c’est d’amour et de sécurité mais pour leur en donner, il nous en faut en stock, ne négligeons plus nos ressources. Nous ne pouvons pas donner ce que nous n’avons plus dans nos réservoirs à nous. Il ne s’agit pas d’égoïsme, mais de nécessité. Aimons nous, respectons nous pour rayonner et que l’amour et l’énergie se dispersent à nos enfants naturellement.

Si vous avez aimé cet article, partagez le. Si vous avez des idées à partager, commentez!
On chemine ensemble.

Stéphanie Saincy.

15 commentaires

  1. matagal na akong hindi nagpatanggal ng warts ko. kaya medyo madami na ulit at problema talaga kasi madalas makati.above sixty years old na ako at daibetic.pero controlled pa naman ang aking blood sugar.please tell me what to do kung paano ko sisimulan ang warts removal na sa naman ay pwede pa.kasi its amazing sa lahat ng skin clinic paggagamot talaga ang intensiyon.ipagdarasal ko na sana ay humaba pa ang buhay nilang magasawa.lagi silang pagpapalain ng Panginoon dahil ang mga katulad nila ay bihira na matagpuan sa panahon ngayon.

  2. Volevo dire in parole povere che è un romanzo ecologista in tutto è per tutto e nonostante Tolkien sia stato tacciato di essere filonazista era l’esatto opposto e i valori di cui parla nel libro sono ben altri. E poi, per me, è ovvio che il fantasy sia un genere più appropriato all’adolescenza, da adulti si ha sete di altro, (sebbene Harry Potter in lingua originale sia la mia lettura da bagno, poi sul comodino attualmente c’è Saramago).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *