La détox du numérique.

 

« Ce n’est pas que nous disposons de peu de temps, c’est surtout que nous en perdons beaucoup. » Sénèque

Comme si nous n’avions pas une vie assez remplie, nous trouvons le moyen d’en rajouter. La détox du numérique, nouveau sujet en vogue est un sujet qui me parle énormément. Je me rends compte du temps passé sur ce téléphone, très pratique certes, mais de la qualité que cela peut faire perdre aussi. Qualité dans le lien avec ceux qui nous entourent et dans notre lien à nous. Quand nous sommes enfin seuls, quelle facilité de se rattacher à son portable, de flâner sur facebook, ses mails, messages et j’en passe. Je me rends compte de tout ce temps perdu et qui ne reviendra pas. Alors oui, c’est une question de choix, et parfois c’est agréable, mais la tentation est grande malgré tout et le réflexe de traîner sur son portable pour rien faire de concret est fort.


Samedi dernier, j’ai fait le test. 24 h sans portable, sans internet. Petit cœur qui se serre au démarrage et soulagement infini ensuite. Je lis beaucoup et j’ai souvent le réflexe de partager mes lectures, ici, ou à des amis, pour échanger constamment, et j’ai le réflexe de le faire sur l’instant, comme s’il y avait urgence. J’ai donc eu la tentation à de multiples reprises de partager ce que je lisais, et je me suis abstenue. Toute la journée ma tête est en ébullition, des pensées constantes que j’aime aussi partager. Et j’ai réalisé que je me dispersais. Que ces échanges que je trouve très riches, peuvent être gardés pour des moments spécifiques ou juste pour moi.
J’ai éteint mon téléphone et j’ai réalisé que je pouvais vivre pour moi, pour moi seule. J’ai réalisé que j’avais plus de temps que ce que je pensais. J’ai réalisé que je n’étais pas indispensable aussi dans la vie de mon entourage et que les autres pouvaient aussi vivre sans moi, quelle liberté. Quel soulagement. Quel orgueil de se croire indispensable, et quelle légèreté et quelle fierté de se rendre compte que la vie suit son cours quand je vis la mienne, pour moi.
Je me suis fait un beau cadeau, au plus près de moi et de mes filles. Attentive à ce qui est juste sous mon nez et à ce qui est en moi.
Je cherche depuis une semaine à comment le mettre en pratique la semaine, avec mon boulot c’est moins simple, mais je vais trouver.


Et vous vous débranchez quand pour vous reconnecter à vous et à ce qui compte vraiment?

Stéphanie Saincy.

Un commentaire

  1. Merci pour ce témoignage ! Une journée sans être connectée …en fait on se reconnecte à soi, à son entourage! je l’ai fait aussi et j’ai passé la journée branchée à mes envies et à celles de mes enfants . Nous avons joué, dansé, dessiné,.. on en a profité !!! A réitérer

    Je le conseille souvent dans mes cours de danse prénatale et cours de danse maman bébé .

    Sonia Danse prénatale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *