Désobéir à la tyrannie des émotions.

« Lorsque l’on a appris à lutter, on pense que c’est la seule solution et la meilleur et on ne se rend pas compte du prix à payer.

Lorsque la lutte se fait contre nos propres émotions, nous perdons toujours.

Consentir et vivre nos émotions est le seul moyen de les dépasser. Accueillir les sensations désagréables.

Notre part de liberté c’est de prendre soin de tous nos invités (émotions) et même ceux que nous n’avons pas conviés.

Lorsque nous luttons contre nos sentiments, nos émotions, nous faisons aussi en sorte d’éviter les situations qui pourraient les produire. Nous allons, par peur de souffrir, d’être rejeter, …, fuir notre vie.

Nos émotions sont notre boussole. Nous avons des émotions pour ce qui est important. Refuser les émotions c’est refuser de regarder ce qui est important dans notre vie.

Désobéir à nos conditionnement nous libère . Comme apprendre à vivre avec sa timidité pour aller vers ce qui est important dans sa vie. Entrer en amitié avec nos émotions est les plus difficile à faire et cela s’appelle le courage.

« Et si tous les dragons de nos vies étaient des princes et des princesses qui attendent de nous voir heureux et heureuses, courageux et courageuses? »

Ce qui nous paralyse, c’est la peur de la peur. Avoir le courage de la dépasser nous libère.

C’est paradoxalement au cœur de la tornade que c’est le plus calme. Avoir le courage d’aller dedans, de cesser de fuir, nous installer au cœur même de l’expérience. C’est là que nous pouvons découvrir que le cadeau de la peur est une infinie tendresse pour la vie. »

ILIOS KOTSOU.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *