Quand le conflit arrive

Que se passe t il lorsque nous sommes en colère ? Ou quand nos enfants sont en colère ?
La colère a mauvaise presse mais elle est saine pour peu qu’elle soit dite à temps et qu’elle puisse du coup sortir sans violence.
La colère sert à la relation car elle permet de crever l’abcès. De prendre sa place. C’est elle qui nous permet d’exprimer « j’existe ».
C’est en la retenant trop longtemps qu’elle risque de sortir avec des mots qui dépassent notre pensée ou des actes de violence physique.
La garder trop longtemps contenue n’est donc pas une bonne chose. On bouillonne, rien ne sert de mettre le couvercle dessus, tout finit par exploser.
La personne qui agresse a besoin de reconnaissance. Elle a besoin d’être entendue. Enfant comme adulte. Elle l’exprime certe maladroitement mais elle nous crie quelque chose.
Elle recherche l’attention car elle a quelque chose sur le cœur. Quelque chose qui lui fait mal. En l’ignorant, nous risquons juste d’augmenter son agressivité.
En discipline positive, on sait qu’il y a un temps pour parler, à froid. Mais déjà être là et attentif au moment où la discussion sera possible est déjà être en connexion avec l’autre.
Lorsque nos enfants débordent, ils nous disent bien maladroitement « écoute moi!! »
Et si, en plus, il s’agit de petits, à qui les mots manquent, cela ne fait qu’augmenter la frustration de ne pas pouvoir être entendus et compris. D’où la vivacité de leurs réactions aussi!
Écouter sans jugement sera alors d’une aide précieuse.
Être attentif à l’autre. Même si nous ne sommes pas d’accord.
Et c’est bien la toute la difficulté.
Entendre ce qu’ils pensent, sans jugement, sans préjugé, afin de mieux les comprendre dans leurs émotions.
Les phrases clés « j’entends », « je comprends « je vois bien », sont d’une aide précieuse autant que la reformulation de l’écoute active.
Et c’est une fois que l’autre se sentira compris et entendu que l’on peut parler de ce qui ne nous va pas à nous.
En lui ayant permis de déposer ce qui pesait trop dans son sac, il sera à même de nous écouter en retour.
Ça demande d’être secure et une grande confiance en soi, d’accueillir l’autre dans ses reproches. Car même si l’on sait que ces reproches cachent la peine que l’autre ressent, ce n’est pas toujours évident d’arriver à prendre ce recul. C’est aussi pour cela qu’il est vital de prendre soin de nous en amont.

Belle journée sous le soleil.

Stéphanie Saincy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *