Comment se trouver du temps?

1
327

Dans notre quotidien, parfois la tête dans le guidon, il est difficile de prendre du recul pour s’organiser. Faire le bilan est la première étape: Connaitre et calculer le temps passé à chaque activité: intendance maison, intendance enfants, temps pour soi, temps pour ses enfants, temps pour son couple. Et une fois ce bilan fait, et une fois seulement, nous pouvons poser des actions concrètes et rééquilibrer si besoin en fonction de nos priorités.

Voici ce qui marche chez nous, pour vous donner des idées:

Côté pratique, chez nous, ça donne ça:

J’ai commencé par décider d’être une fée pour mes filles plutôt qu’une fée du logis!

Je fais le nécessaire, fini le zèle. Je nettoie le minimum et je range régulièrement mais je n’astique pas toute la journée. Dernière étape, j’ai une femme de ménage qui vient 2h tous les 15jours. Un luxe! 😉

Je me fais livrer les courses ou je m’arrange pour les faire sans mes filles.

J’aime la nourriture saine, mais je fais simple et efficace et si besoin j’ai quelques plats au congélateur pour les urgences ou les coups de mou.

Le bain ce n’est pas tous les jours. On se douche parfois ensemble aussi.

Quand je sens que le coucher de la sieste va être long ou que j’ai la flemme, on dort ensemble.

Si je suis fatiguée, je dors dès qu’elles dorment ou sont en temps calme.

J’essaie de leur apprendre à ranger chaque jeu quand elles ont finit plutôt que de laisser tout s’accumuler. (enfin soyons honnêtes, ça c’est la partie non acquise pour le moment!! )

Je me pose quand mes filles se posent. Plutôt que de brasser à droite à gauche en m’épuisant.

Dans le salon, nous avons une grande boîte pour entasser tout ce qui traîne comme jeux le soir si ça n’a pas été rangé avant. Soit on les remet dans la chambre soit ça reste un minimum rangé dans la boîte.

J’anticipe le matin sur l’intendance car je sais que le soir la fatigue est plus dure pour moi.

J’apprends à demander quand j’ai besoin d’aide, aux grands parents ou à mes filles aussi.

En demandant de l’aide, j’accepte de déléguer, en confiance, c’est plus reposant!

Je laisse sa place au papa, pour mon repos mais surtout parce que sa relation avec mes filles se construit dans ces moments là. Même en garde alternée, il est facile de ne pas communiquer et de s’épuiser à encore vouloir tout gérer seule.

Je fais participer mes filles aux activités. Mettre la table, dans le lave vaisselle, ranger, débarrasser. A leur rythme et en fonction de leurs capacités. Parfois elles ont envie, parfois non. Si ça les amuse, ça marche mieux. Et en plus de m’aider, cela les aide aussi:  https://mamanbienveillante.fr/la-contribution-a-la-vie-de-famille-aide-lenfant-a-grandir/

J’instaure des routines pour ne plus répéter sans cesse les mêmes consignes et que les choses se fassent naturellement. J’ai pris le temps d’en faire des tableaux à images pour qu’elles s’y réfèrent seules. A force de faire dans le même ordre, ça s’enchaîne plus vite. là aussi je vous en parle ici: https://mamanbienveillante.fr/routines-et-autonomie/

Je joue avec elles dans leur chambre afin qu’elles s’y sentent bien, puis je les laisse poursuivre.

Quand il y a trop de fatigue, on se met au lit avec des livres, chacune le sien, ou un pour tout le monde. Un moment dont elles raffolent!

Côté bienveillance, les aides sont importantes aussi:

Quand elles sont concentrées sur une activité, je ne les interromps pas, pour savourer le calme et que leur concentration soit toujours plus longue et qu’elles apprennent à jouer seules ou ensemble, mais sans moi! 😉

Je diminue mon niveau d’exigences envers elles et envers moi. Certaines choses ne sont pas indispensables.

Je n’attends plus la perfection.

Je leur fais confiance pour ne pas toujours être derrière elles à surveiller, c’est épuisant.

J’ai appris l’art du compromis.

Je ne fais plus à leur place ce qu’elles savent faire. Et je retiens aussi que ce n’est pas parce qu’un enfant sait faire, qu’il veut faire. Donc j’ajuste.

Quand elles ne savent pas faire, je ne fais pas à leur place, je fais avec, je leur montre pour qu’elles fassent seules ensuite. gain de temps à long terme assuré 🙂

Je ne décide pas pour elles mais je propose des choix limités.

J’explique à froid plutôt que dans les cris à chaud. Je leur laisse de l’espace si elles ont besoin de crier, pleurer si elles le demandent, je leur fais savoir que je suis disponible pour un câlin quand elles en auront besoin par contre.

Voilà mes ressources. Et vous?

Si vous avez aimé cet article, partagez le. Si vous avez des idées à partager, commentez! On chemine ensemble.

Stéphanie Saincy.

1 COMMENTAIRE

  1. Toutes vos idees sont supers! Je me rends compte qu’on fait pas mal pareil ici. Ou dans tous les cas on s’efforce pour certaines . D’autres idées qu’on fait :
    J’essaie de m’avance un maximum dans les moments où j’ai la pêche en prévision de moments de mous. Je ne gère pas encore le stress lié au retard, quand on est pressé. ..etc.
    Je consacre un jour – le samedi- où c’est farniente pour tout le monde : pas de réveil, on reste en pyjama si on veut, on petit déjeuner sur le pouce chacun se sert, on joue, je les laisse faire un peu ce qu’ils veulent sans contrainte
    Je me réserve régulièrement -une ou deux fois par mois- un après midi dvd pour moi toute seule- film en VO par ex ou ce dont j’ai envie sur le moment
    On sort se balader dès qu’on le peut, dehors il y a plus d’espace moins de contraintes je peux les observer les laisser profiter.

    J’en profite pour vous remercier pour ce blog que je vais voir souvent. Cela s’ajoute à mes différentes lectures du moment sur le sujet- d’ailleurs actuellement c’est  » appliquer la methode Montessori chez soi »- et objectifs concrets à mettre en place avec mon mari.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here