Maman se remet au sport.

2
21

Parfois je bouillonne à l’intérieur. Comme les enfants, j’ai besoin de bouger, j’ai beau avoir ramassé 10000 jouets par terre, fais des tonnes de câlins, rempli des machines, bref la vie quotidienne quoi, une tonne de choses depuis que je suis levée, ça chauffe. Je frôle la surchauffe. Faut que ça sorte.

J’ai bien tenté plusieurs fois la méditation et quand il n’y a pas de trop plein, ça marche top. Souvent ça ne me suffit pas. Le trop plein d’énergie doit sortir avant d’être ensuite ordonné. Il y a 2 mois, j’ai décidé de m’accorder 1h30 de sport par semaine en cours, loin de la maison. Quel bonheur ! Ce temps que pour moi, ce temps qui m’appartient SANS interruption. A MON rythme! J’ai beau être prof de Pilates, donner des cours et en recevoir, c’est une toute autre affaire. En fait, cette heure pour moi a été comme un déclic. Au delà de la satisfaction de faire bouger le corps, c’est toute une dynamique que cela a relancé chez moi. Une envie de prendre ce temps pour moi, de me regarder, de me considérer. Cette heure par semaine a été une telle bouffée d’oxygène que j’ai eu envie de continuer en dehors. Et depuis 2 mois, je m’accorde donc 30 min à 1 h par jour de sport. Muscu, course à pied, corde à sauter, yoga ou pilates, peu importe tant que je suis avec moi et que je bouge. Alors oui à la maison avec les filles il y a des interruptions. Melle 2 ans me tourne autour, quand elle ne me grimpe pas dessus! Et les 2 suivent le mouvement un temps, imitent les postures et finissent par jouer dans leur coin.

La course a pied a été la plus grande révélation. Non par parce que j’aime courir particulièrement mais car je suis à mon rythme, sans personne autour, juste moi. Dès que je peux, j’y vais. J’ai commencé par 10 min et j’en suis à 40. Une révolution pour moi. Je ne cours après rien, je vais vers moi. 40 minutes pendant lesquelles le cerveau se coupe, le corps transpire, les toxines sortent, la tête s’aère, les muscles meurtris retrouvent un élan et une dynamique nouvelle. Les énergies négatives s’évaporent un peu plus à chaque foulée. Plutôt que de mettre le couvercle sur les émotions qui m’envahissent, plutôt que de crier, j’enfile mes chaussures et je cours, j’extériorise. Et ensuite seulement, quand le trop plein est sorti, je peux canaliser et ordonner avec du yoga ou de la méditation si besoin.
Avec cette heure par jour que je m’accorde, et croyez moi c’est une organisation ! Je me retrouve, je suis mieux dans mes pompes, mieux avec moi pour être mieux avec les autres. Je ne peux que vous conseiller de tester si vous ne le faites pas déjà. Que ce soit une heure de sport, une heure pour vous, tous les jours, une fois par semaine. Etre bien dans son corps et dans sa tête, ça paraît simpliste mais ça aide tellement à garder le cap de la bienveillance que le jeu en vaut la chandelle.

Parfois ce qui paraît prendre du temps à nos enfants, leur en offre au final.
La sédentarité ça ankylose, ça bloque la vie, ça entrave le corps et la tête. Le mouvement c’est la vie, il suffit de regarder nos enfants pour en être sûr! Encore une fois, ils sont notre meilleur exemple.
Quand tu n’as envie de rien, que tu te sens molle, ou que tu bouillonnes, le mouvement ça relance la dynamique, une bonne dynamique. Pas besoin de se faire mal, ça peut être une simple balade en poussette, en forêt ou n’importe. Le moyen importe peu, tant que ça bouge, ça vit.

Offrez vous ce temps!

Belle journée

Stéphanie.

Et d’ailleurs je me demandais, si je mettais en ligne des vidéos de pilates, ça vous intéresserait ?

2 Commentaires

  1. tellement vrai, il faut être bien soi meme pour pouvoir être disponible aux autres!!!
    je suis très interessée par les vidéos de pilate!!!!

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here