Une bêtise, c’est quoi?

0
51
USA, New Jersey, Jersey City, Girl (2-3) wrapped with toilet paper standing in living room

USA, New Jersey, Jersey City, Girl (2-3) wrapped with toilet paper standing in living room

Selon le dictionnaire: « Manque d’intelligence, de jugement ».
Donc finalement quand nous disons « tu ne fais que des bêtises » à notre enfant, c’est un peu comme si nous lui disions « Tu manques d’intelligence ».

Moi qui déteste les étiquettes, je trouve celle ci particulièrement dure à supporter.

En fait, c’est toujours pareil, il faut replacer les choses dans leur contexte, et selon l’âge de chacun.

Un enfant qui joue dehors, saute dans les flaques, se roule par terre, soit on se dit « ce sont des bêtises, tu vas être sale, il ne faut pas faire ça », soit on se dit « il joue, se dépense, se sent libre. La machine à laver le linge est faite pour ça. » Tout est question de point de vue.
L’enfant en le faisant ne se dit pas, « tiens, si je faisais une bêtise ». Il est juste en train de suivre le cours de sa vie avec les conséquences que cela implique. Notre enfant n’est pas un tyran qui veut nous rendre la vie misérable en ne faisant que des bêtises. Il vit, il joue, il expérimente. Cela étant, il arrive que derrière un comportement inapproprié se cache un besoin inassouvi de l’enfant. Que cherche t il à nous dire? Si tout va bine, je vous poste ça demain! 🙂
Prenons un autre exemple. L’enfant qui joue avec un ballon dans la maison et case un vase, il met de l’eau partout. A-t-il fait exprès de casser la vase? En dehors de l’enfant qui le ferait consciemment pour attirer l’attention, l’enfant joue sans penser à mal. Et à force de jouer, les limites arrivent..le vase tombe. « Ahhhhh, mais tu vas arrêter tes bêtises oui!! Regarde ce que tu as fait ENCORE! »

Donc là, il existe 2 chemins différents pour rattraper la situation et ne pas finir par rabaisser l’enfant.

Soit nous aurions dû réagir plus tôt et lui dire de jouer dehors ou dans un cadre adapté et là c’est donc notre responsabilité si nous n’y avons pas pensé avant. Dans ce cas, notre colère ne devrait pas être dirigée vers l’enfant mais plutôt vers nous qui savons déjà, d’expérience!, que cela peut arriver.

Soit nous respirons un bon coup, (parce que oui c’est vrai nous n’avons pas que ça à faire à ce moment là!) et nous aidons l’enfant à tirer un enseignement de cette situation. Il comprendra très bien que le ballon dans la maison n’est pas une bonne idée, si c’est lui qui gère les conséquences plutôt que de finir puni dans sa chambre et que ce soit nous qui ramassions en pestant. Il nous suffit de ramasser les bouts de verres (suivant son âge, il peut participer) et ensuite lui faire éponger l’eau, essorer la serpillière et la ranger. Sans réprimande!!! Une fois la « bêtise » disparue, il aura appris ainsi que ses actes ont des conséquences mais que rien n’est définitif. Il ne retiendra pas qu’il manque d’intelligence et qu’il est un bon à rien.
Peu de choses sont irrattrapables. L’essentiel est de ne pas oublier que l’enfant apprend mille choses par jour mais que l’assimilation se fait à son rythme et non au notre et que réparer les conséquences d’une EXPÉRIMENTATION fait partie de l’apprentissage.
Cet apprentissage sera bien sur à la hauteur de la capacité de l’enfant. Nous ne pourrons pas demander à un enfant d’1 an d’essuyer aussi bien qu’à celui de 4 ans ou 10 ans.
L’intention qu’il y mettra sera notre référentiel.

Si vous avez aimé cet article, partagez le. Si vous avez d’autres idées, commentez!
On chemine ensemble.

Stéphanie Saincy.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here